Le canon, d’après Dürer